FPGT missive juillet Voir dans votre navigateur
image

Sommaire

  • Edito
  • Vies confinées
  • Pôle Clinique
  • Ethique et Déontologie
  • Gouvernance partagée
  • Focus Espace adhérents du site
  • Parlons frontières

Évènements à venir

Formation: Gouvernance Partagée du 13 au 15 octobre 2020

Cercles de Coordination : le 25 septembre, le 21 novembre 2020le 09 janvier 2020

Prochain Cercle d’Orientation :
les 30 et 31 janvier 2021

Colloque 29 et 30 mai 2021

Saluons...

Dans cette période inédite de confinement, nous avons été contraints de nous familiariser avec des outils informatiques, changer notre pratique de la rencontre à la frontière contact en présentiel vers une pratique virtuelle et faire face aux angoisses de l’inconnu.

Nous avons trouvé en nous des ressources pour mieux appréhender et intégrer le numérique et de nous questionner sur l’évolution de la pratique de la Gestalt dans de pareilles circonstances.  L’informatique entre dans toutes nos activités, personnelles pour maintenir les liens amicaux, familiaux et aussi professionnelles en télétravail. Des ajustements qui se sont avérés nécessaires au maintien de nos relations.

Depuis quelques jours nous sommes en été. Avec les beaux jours le goût des vacances nous appelle à souhaiter, désirer, rêver, réaliser une pause bien méritée après ces temps tumultueux. Un retour vers soi, qui nous invite à aller vers l’essentiel.

Quel que soit votre cheminement estival, nous espérons que vous prendrez un temps pour accueillir les informations que nous partageons avec vous.

Des propositions de formations  à la Gouvernance Partagée. notamment celle qui aura lieu en présentiel à Izariat dans l’Ain du 13 au 15 octobre 2020 : inscrivez-vous vite !

Des témoignages personnels touchants et simples comme une promenade : celui de Edith Lazlo et celui de Stéphanie Ollivier sur leur manière de vivre le confinement.

Saluons ! le travail qui a été fait autour de la charte graphique. La Fédération dispose maintenant d’une image solide qu’elle pourra véhiculer auprès de ses sympathisants, partenaire et membres. Chaque pôle est ainsi identifié pour soutenir sa souveraineté au sein de notre organisation.

Saluons ! la réactivité des volontaires qui se sont employés dans le GIS Solidarité, mis en place d’urgence pour aider nos membres à faire face au Covid 19 pendant le confinement et ensuite lors du déconfinement.

Saluons ! le travail remarquable pour la création de notre site internet www.FPGT.fr. Nous vous invitons à y naviguer sans modération.

Nous espérons qu’après lecture de « La Missive », vous aurez envie de discuter entre vous des sujets publiés, mais aussi de faire connaître la Fédération des Professionnels de la Gestalt Thérapie auprès de vos collègues. Qui sait ? l’envie pourrait les prendre de rejoindre la FPGT pour sa singularité ?

Pour finir, nous aimerions vous mobiliser ! Faites-nous connaître les thématiques qui vous intéressent, peut être des témoignages ou des articles qui pourraient être sujets à publication dans une prochaine édition de « La Missive ».

Vies confinées

Ma vie dans le pôle politique… c’est retrouver l’élan de ma première inspiration au milieu des espaces confinés.

Comme une abeille, je profite de ce temps imparti, pour participer.

Plus de rythme scolaire, plus de courses contre la montre, plus de tout ce qui est une contrainte.

Participer aux réunions et écrire, dans un premier temps, c’est la manière la plus basique pour moi de donner du sens au temps. Et ça fait du bien !

Le confinement en Visio pour des séances thérapeutiques, c’est sans voiture, et malgré la peur de l’organisation informatique qui m’est une inconnue à la base, cela se fait.

On se voit, derrière un cadre, et sans cadre, pas de relation, ici c’est un écran, un horaire, et une manip informatique: on fait du 2 ! 

S’ il y a de la contrainte, il y a de la liberté, comme disent certains penseurs, et j’ai trouvé dans ces temps de rencontres à distance, du soutien, du « 2 », du rythme, devant l’angoisse du confinement.

Finalement c’est retourner aux bases et aux choses simples en apparence mais qui, dans l’urgence de la vie quotidienne, me fait oublier les gestes simples et non pas les gestes barrières, que je connais désormais par cœur. Merci le Virus !

Rencontrer les plus proches lorsque cela est possible.

La liberté existe -t-elle sans contrainte alors ?

En apparence pas d’obligation de se préparer, en apparence, car il y en a une malgré tout.

Seule contrainte : trouver un espace de tranquillité, organiser le temps autour pour ne pas être dérangé par un membre de la famille, voire entendu. Mais tout cela est bien futile au final lorsqu’on est confiné.

Stéphanie Ollivier

                    ___________________________________________________

AVRIL-MAI 2020 :

le confinement

Une opportunité pour expérimenter de nouvelles formes

Face à face sur écran

Poursuivre, voire entreprendre une thérapie individuelle sur Skype, ou tout autre support « virtuel », rien d’original à cela : en cette période où nous ne pouvions plus voir nos clients « en vrai », cette pratique a permis à beaucoup d’entre eux de poursuivre leur travail et de trouver du soutien dans ce passage difficile. L’éloignement nous avait déjà habitués, pour certains, à ce travail particulier: être avec, en présence, à la fois intime et distant. L’image est virtuelle, la voix reconstituée. Comment vibrer dans ce face à face où même les regards ne se croisent plus, car la caméra qui les saisit, située au-dessus de l’écran, ne leur permet pas de se rencontrer : l’autre ne peut plus me regarder droit dans les yeux ! Que dire alors des peaux qui ne se touchent plus, des corps coupés en torses, de cette absence d’odeur… Il faudrait des pages de frustration pour dire tout ce dont nous avons été, brutalement, privés dans nos séances de thérapie individuelle !

Mais il est plus intéressant de regarder ce qui a été possible, et même ce que nous y avons gagné !

Pour certains, l’écran a joué un rôle protecteur de « pare excitation », pour reprendre les termes de Ruella Frank. Il fut une vraie bulle qui permettait de se livrer sans risquer le « trop ». Le cadre familier du client faisait cocon. Et le thérapeute pouvait entrer à pas prudents dans un intérieur qui se dévoilait et, parfois, se mettait en scène : appartement parcouru l’écran à la main, perspectives qui donnaient lieu à un travail inattendu. Notre client nous donnait brusquement à voir son écrin, faisant exploser les codes établis… Parfois l’environnement s’invitait dans la séance : intrusion des enfants, conjoint dont la proximité pouvait devenir pesante, autant d’opportunités pour travailler, mais aussi d’obstacles à la confidentialité.

Très souvent l’écran nous a concentrés sur l’essentiel : moins de « mondanités » ou de « travaux d’approche » de débuts de séance. Le gros plan sur les visages amenait une concentration quasi immédiate.

Nous avons appris à contourner les obstacles que créait cette situation nouvelle, et les contraintes nous ont rendus inventifs :

Les yeux fermés, avec une cliente, nous avons raconté des histoires, laissant notre imagination voguer à travers l’écran. Parfois à partir d’une image choisie au hasard, parfois à deux voix, laissant parler l’empathie qui vibrait entre nous. Et ces histoires venaient éclairer le processus avec une synchronicité étonnante. Avec un autre client, nous avons poursuivi le travail corporel. Chacun massait sa main, en gros plan sur l’écran, puis plus détendu, parfois hors champ visuel, mais toujours intensément présent, y compris dans les silences. Nous avons partagé l’expérience de la présence, de l’attention au corps, du prendre soin, là aussi avec beaucoup d’intensité.

Travailler devant un écran, c’était expérimenter les phénomènes de champ d’une autre manière, toutes ces vibrations que nous pouvions sentir, parfois les yeux fermés, en présence de l’autre.

La technicité de l’outil fut parfois un atout supplémentaire : « Je t’envoie la lettre, comme ça tu pourras la lire tout de suite… » et le texte apparaissait sur l’écran ! Cette cliente diagnostiquée Asperger se régalait de m’envoyer ses dessins et d’exprimer ses émotions à grand renfort d’émoticônes que nous traduisions ensuite.

Dans la forêt

Le temps du déconfinement arriva, et je n’étais pas prête à rouvrir le cabinet. Pas si vite… Alors m’est venue l’idée de séances en forêt. Le lieu où je pratique s’y prête, en lisière du bois, avec des chemins quasi déserts. Je proposai la formule à certains clients, ils acceptèrent de suite. La première balade thérapeutique fut épique : une pluie battante nous accompagna une heure durant. J’observais sous mon parapluie le chapeau de mon client qui ruisselait. Nous restions sagement à distance, marchant côte à côte, nous arrêtant parfois. Nous n’avons croisé personne… Je pensais en souriant au terme de « péripatéticien » inventé par les Grecs de l’antiquité pour désigner ces philosophes qui, à l’image d’Aristote, élaboraient leur pensée en marchant. Mieux valait ne pas mettre ce terme au féminin, car ce genre lui a fait perdre sa noblesse d’origine !

Ces balades ont duré deux semaines, et le soleil s’est installé. Nous y avons fait feu de tout bois !

Parfois le cheminement devenait prise de conscience : « Je ne supporte pas quand tu me suis, j’ai l’impression que tu attends quelque chose de moi, et ça me stresse… » Parfois la forêt nous inspirait : « Je ne me suis pas arrêté devant cet arbre, et pourtant j’aurais aimé… Comme si je ne prenais jamais le temps… »

Ou elle devenait décor pour jouer des scènes, devenir des personnages et les laisser vivre dans cet espace.

J’y ai même pris une jolie leçon : Marchant à côté de mon client, je me sentais de plus en plus insécure, m’échappant de la trop grande proximité qu’il m’imposait en serrant sur ma droite, au bord du chemin. Je me promettais de partager cette sensation, sans savoir comment le faire, avec quels mots, pour ne pas le blesser… quand patatras, je glissai et me retrouvai piteusement sur mon postérieur, et lui de se précipiter pour me ramasser… Quand nous avons échangé, il a bien fallu dire… et ma chute peu glorieuse fut l’occasion d’une précieuse prise de conscience…

Ces expériences de thérapie péripatéticienne m’ont beaucoup appris et je suis bien décidée à les poursuivre, au-delà des nécessités sanitaires.

Zoom sur le groupe !

Une grande partie de mon activité se fait sous forme de groupes, avec l’outil du théâtre d’improvisation. A l’heure où tout s’est arrêté, nous co-animions trois groupes, mon conjoint et moi-même. Deux groupes mensuels (cinq heures) de onze participants chacun, dans des cadres associatifs, et un groupe hebdomadaire (deux heures) au CMP (Centre Médico Psychothérapique) de Ferney-Voltaire, dans le cadre des activités proposées par l’institution à des patients en traitement pour des troubles psychiques.

Très vite nous nous sommes dit : On ne peut pas laisser tomber les groupes dans cette période, et les solutions se sont présentées aussitôt. Un abonnement à Zoom, un temps pour maîtriser l’outil et les trois groupes ont redémarré avec un rythme hebdomadaire d’une à deux heures.

Des difficultés de taille surgissaient : Comment travailler en groupe, interagir entre les vignettes, et de plus de manière théâtrale ? Comment co-animer, à deux sur le même écran, en se voyant faire constamment, sa propre image sous les yeux ? Difficulté supplémentaire, le son car avec Zoom, pas moyen de superposer la parole : un seul canal s’ouvre à la fois, clouant le bec aux autres ! Nous qui avions l’habitude de travailler avec un musicien qui accompagnait l’improvisation… Le musicien fut réduit au silence, son piano produisait un son inaudible,

Il y eut d’abord les difficultés de connexion. Nous avons tout vécu : certains avaient l’image et pas le son, d’autres l’inverse. Il fallut improviser en aveugle, ou en sourd… La connexion lâchait, l’un des participants disparaissait subitement, nous tentions de le repêcher dans le marécage des ondes… L’une cherchait à acquérir une caméra qui n’arrivait pas. Elle était là et nous ne la voyions pas… L’autre se trompait de lien et entrait dans une réunion parallèle… Toutes ces aventures renforcèrent la solidité des liens, les mettant à l’épreuve. Dans les deux groupes mensuels nous avons souvent été au complet, malgré toutes ces difficultés techniques.

Au CMP, la donne fut différente. Notre premier essai de connexion fut une aventure quasi solitaire : deux membres du groupe de six avaient réussi à nous rejoindre. Mais la psychiatre et les deux infirmières qui nous accompagnent régulièrement dans les séances avaient déclaré forfait, faute de matériel : pas d’outil de ce genre au CMP !

Nous nous sommes obstinés, prenant des photos des séances et envoyant des comptes rendus de nos délires sur écran. Et nous avons introduit de la nouveauté : le personnel du CMP a acquis des tablettes, il a utilisé son propre logiciel, a invité les participants par courriel – grande nouveauté car jusque-là tout se faisait par téléphone ou par courrier individuel pour des raisons de confidentialité. La pratique du mailing groupal s’est mise en place, avec la possibilité de répondre à tous et de communiquer au sein du groupe en partageant les adresses, ce qui a permis des échanges réguliers. Ces changements furent l’occasion de découvrir à quel point cette population est fragilisée et isolée par le manque de matériel et de compétence informatique : sur les six personnes inscrites à l’atelier, deux ne se sont jamais connectées et deux autres ne l’ont fait qu’occasionnellement. Cela a mis en évidence le besoin impératif de matériel et de formation pour ce public, une vraie prise de conscience au sein de l’institution !

Nous voici donc embarqués dans cette triple aventure hebdomadaire, avec des groupes allant de six à treize personnes, et ce pendant neuf semaines !

Mises à part les difficultés de connexion, aucune différence entre le travail des trois groupes, ce qui confirme cette remarque d’un des participants du CMP « On n’est pas tous fous au CMP ! ». Et j’ajoute, parfois moins fous qu’ailleurs…

Edith Lazlo

Pôle clinique

Le pôle clinique offre un creuset d’échanges et d’idées.

Dans un premier temps nous nous sommes mobilisés sur la participation au colloque dont le thème « Gestalt et Société » interroge notre posture clinique. Puis les événements sociétaux, avec l’arrivée du Coronavirus et la situation de confinement, ont infléchi notre réflexion, d’autant plus que le colloque s’est trouvé reporté.

Nous nous sommes penchés sur l’évolution de nos conditions de travail dans cette période particulière, notamment sur le devenir de notre posture dans l’accompagnement thérapeutique en ligne et la singularité des problématiques émergentes.

Quelques questions servent de canevas :

1 - Comment le confinement a-t-il joué dans l’accompagnement psy ?

Maintien - Perte - Espacement - Suspension - Arrêt

2 - Êtes-vous à l'aise pour proposer des séances en ligne ?

Téléphone - Visio-rencontres

3 - Que pensez nous de la thérapie en ligne ?

Un plus ? Un moins ? Un autrement ?

4 - Peut-on parler de contact si on n'est pas en présence physique ?

5 - Pensez-vous que la thérapie en ligne utilisée pendant le confinement soit une thérapie d'avenir ?

6 - Evolution des demandes pendant le confinement ?

Types de demandes - Symptômes spécifiques – Pathologies -

Cependant, nous continuons à réfléchir au sens de notre travail, à la fonction et à la place de notre pôle, ainsi qu’à « la raison d’être » de la Fédération.

Nous cherchons à trouver une forme juste et notamment une manière de communiquer.

Comment s’articuler avec les autres pôles, plus spécialement le pôle Colloque et le pôle Communication, et le GIS « solidarité » fraîchement créé ? Comment potentialiser nos recherches, rassembler et utiliser les écrits et réflexions qui nous parviennent ?

….en attendant de trouver sa forme…..

Pôle Ethique et Déontologie

Notre pôle propose ici un premier commentaire du code de déontologie en espérant qu'il vienne nourrir votre réflexion et peut-être aussi vos désirs d'échanges avec vos collègues ou avec notre pôle.

Nous avons commencé par la première partie, les principes éthiques.

A - PRINCIPES ÉTHIQUES

1- Tous les individus ont la même valeur

2 - Respect de la singularité, de la valeur et de la dignité de la personne

3 - Reconnaissance des spécificités des personnes sur les plans culturel, économique, social, politique, ethnique, spirituel, d'identité et de genre, de handicap.

4 - Reconnaissance de l'autonomie et des capacités d'autorégulation de la personne

On peut se demander pourquoi énoncer ainsi au début d'un code de déontologie professionnelle des principes aussi généraux. Ces principes sont en fait des valeurs dont les rédacteurs indiquent ici qu'elles sont partagées par l'ensemble de la communauté professionnelle. Certaines sont issues de la déclaration des droits de l'homme, comme le premier principe, d'autres affirment des valeurs qui sont centrales dans la Gestalt-thérapie comme l'affirmation de la singularité de chaque individu, son droit à être respecté dans ses besoins spécifiques, et surtout dans son autonomie. Celle-ci n'est pas un point simplement souhaitable et sujet à une évaluation qui en définirait les contours et en fixerait les normes. L'autonomie et l'autorégulation de l'individu sont ici posés comme inhérentes à la nature humaine et fondement de la dignité de la personne. Celle-ci n'a pas à devenir autonome pour être digne, elle est fondamentalement autonome c'est-à-dire en droit de définir sa vie quand bien même cette définition ne serait pas la même que la nôtre, voire même serait dérangeante pour nous. Notre éthique est fondée sur la conscience de l'autre comme « mon semblable dans l'altérité, autre dans la similitude » (Paul Ricœur).

Ce chapitre des principes éthiques indique qu'aucune règle déontologique ne peut être définie qui contredirait ces principes. Dans l'analyse éthique d'une situation, en l'absence d'indication claire dans le code ou dans une situation qui nécessiterait une interprétation de ce code, les choix résultant de cette analyse ne pourraient en aucun cas se trouver en contradiction avec ces principes.

La question éthique fait partie du fond thérapeutique et correspond à une anthropologie faisant référence à un regard de champ et à une clinique de la situation. Autrement dit, elle est un questionnement, un appel à une réflexion permanente sur sa pratique, elle est : « le travail que je consens à faire avec d'autres dans le monde pour réduire, autant que se peut, l'inévitable écart entre mes valeurs affichées et mes valeurs pratiquées »  (Jean-François Malherbe).

Gouvernance partagée

 

Depuis le cercle d’orientation de Février 2020, notre pôle s’est organisé et s’est focalisé sur 2 grands axes de sa mission. 

image

Le 1er axe de travail a porté sur l’acculturation avec la proposition aux autres pôles et fonctions de compagnonnage pour aider un groupe à la mise en œuvre de la gouvernance partagée et de ses outils. Le 1er compagnonnage a débuté en avril à la demande du  pôle politique.

La Fédération des professionnels de la Gestalt Thérapie a fait le choix à sa création de fonctionner en gouvernance partagée.

S'approprier cette nouvelle forme de  fonctionnement, que l’on soit nouveau membre ou un peu plus ancien, demande du temps et de l’apprentissage.

Notre second axe a été de travailler sur la formation à destination de l’ensemble de notre communauté.

Les propositions de formation à distance proposées par l’Université du Nous sur la gouvernance partagée (COOC-MOOC cours en ligne) ont été régulièrement transmises aux adhérents. Nous pensons qu’il est important de partager les retours d’expérience des participants de ce cycle de formation. Nous continuerons de les publier au fur et à mesure dans les prochaines parutions de Missives.

Nous avons extrait du cours en ligne “Mooc de la gouvernance partagée” un résumé des vidéos et documents qui nous semblaient les plus pertinents pour les mettre directement à disposition sur l’espace membre du site Internet. Ainsi, vous pourrez découvrir et/ou revisiter facilement quelques concepts essentiels.

Une formation à la gouvernance partagée en présentiel sur 3 jours a été co-construite avec l’Université Du NousCette formation qui se déroulera du 13 au 15 octobre est ajustée aux besoins spécifiques de la Fédération des Professionnels de la Gestalt-Thérapie et s’adresse aux personnes qui souhaitent s’engager plus loin dans le fonctionnement et la vie de l’association. Une participation de la Fédération permettra de réduire le coût pour les participants. Pour s'inscrire c'est ici.

image

Pour finir, en collaboration avec les fonctions communication et outils numériques, nous avons proposé à tous nos membres adhérents une formation en ligne gratuite qui a donné toutes les informations sur ce que vous pouvez trouver sur :

  • Le nouveau site internet (information, adhésion, …).

  • L’espace réservé aux membres du site internet (documents, annuaire, …),

  • La plateforme  collaborative de travail (le wiki)

Cette formation en ligne qui s'est déroulée le  2 Juillet a été l'occasion  de découvrir une  nouvelle manière d’échanger et de collaborer. Un enregistrement en a été fait,  il sera bientôt en ligne et disponible pour tous les adhérents.

Focus sur l'espace "Adhérents" 

L’espace du site fpgt.fr réservé aux adhérents contient :

  • des documents internes : comptes-rendus des cercles de coordination ou d’orientation, des documents produits par les différents pôles, ...
  • un annuaire interne des membres adhérents
  • à la plateforme collaborative des pôles et fonctions de la fédération (le Wiki de la gouvernance partagée).
  • l’accès à votre profil pour l’annuaire, à vos factures et reçus 2020 (adhésion, cercle d’orientation, …).

Les adhésions se font désormais en ligne directement sur le site. Si vous payez par chèque, il reste encore à envoyer celui-ci par la poste. Très bientôt, il sera possible de régler  votre adhésion et l’inscription aux évènements directement par carte bancaire.

Lorsque nous enregistrons l'arrivée de votre paiement (Virement ou chèques), vous recevez automatiquement un courriel pour vous en informer.
 A partir de ce courriel, vous pourrez accéder à votre reçu en cliquant sur le bouton "Télécharger mon reçu" ou à votre facture en cliquant sur "Obtenir une facture".
 L'historique de vos factures et reçus est aussi accessible dans le menu "Mon compte" du site internet.

Certains qui se sont inscrits en début d’année avec le formulaire papier n’ont pas encore investi cet espace. Cliquez ici pour accéder au mode d’emploi pour obtenir votre mot de passe.

Pour recevoir la “Missive”, vous pouvez vous abonner à la lettre d’information de la FPGT sur la page d’accueil du site. Informez et incitez vos collègues à s’y inscrire pour élargir la visibilité des actions de notre fédération.

La page Facebook de la FPGT est désormais disponible : likez, commentez et partagez sans modération !

Parlons frontières

Pendant le confinement le pôle communication a adopté un rythme de rencontres hebdomadaires par visio-conférence. Nous avons très vite reconnu le besoin de nous former et nous informer aux outils numériques déjà mis en place par nos spécialistes qui ont fait un travail remarquable afin que nous jouissions tous d’une visibilité dynamique et homogène.

Il nous a semblé nécessaire de réfléchir à la question de : Qui fait quoi ? Pour qui ? Vers qui ?

De mon centre vers le centre de la fédé…

Que puis-je apporter dans mon engagement à la fédé ?

Comment allons-nous nous répartir les tâches en fonctions des différentes missions qui incombent à notre pôle communication. Nous observons entre nous qui peut prendre en charge rencontrer, appeler, mettre en lien, s’informer, se former. De même pour que notre pôle communication trouve un sens et prenne sa place au sein de la fédération.

Respecter la souveraineté de chaque pôle et accompagner ce que chacun souhaite dire, exprimer.

Offrir un support à tous les pôles pour que nous échangions entre nous en interne et pour diffuser les informations vers l’extérieur.

Nous avons besoin de vous tous pour créer cette unité. Lorsque chacun fait sa part il se met au service de cette unité.

Comment bien communiquer sans froisser ni couper l’élan et la créativité des initiatives au service de tous.

Chaque pôle œuvre dans son sein réfléchit, s’exprime, dit ce qui lui semble utile, important à partager pour tous les membres de la fédé et parfois au-delà.

Alors merci à tous et à chacun(e) pour la contribution qu’il(s) qu’elle(s) apporte(nt).

Saluons l’élan courageux qui permet de dépasser les peurs et les maladresses parce que nous apprenons ensemble avec une nouvelle gouvernance, avec de nouveaux outils comme la technologie numérique et la participation et l’engagement bénévole de toutes ces petites mains qui travaillent dans l’ombre.        

Continuez à prendre soin de vous.

Pétra Massuyès 

www.fpgt.fr
Vous recevez cet email car vous êtes inscrit sur une liste de diffusion de FPGT.
Copyright © 2020 FPGT
1575 Route de Fontagneux, 38450 Vif, France