Newsletter - juin 2021 Voir dans votre navigateur

NEWSLETTER #JUIN 2021

Bonjour à tous,

 “Qui en juin se porte bien, au temps chaud ne craindra rien”.

Juin sonne la fin de l’état d’urgence sanitaire, le début du retour à une vie normale. Réouverture des cafés, restaurants, cinémas, théâtres… enfin ! Certaines restrictions restent en vigueur, il ne nous est toujours pas possible de nous retrouver en nombre, mais nous pouvons renouer avec quelques habitudes qui font du bien au moral ! Nous espérons que, pendant la tourmente, cette newsletter a pu vous mettre un peu de baume au cœur, vous faire sourire parfois, vous aider souvent. Et pour les jours et semaines à venir, que le vieux dicton cité en exergue se vérifie. Alors, tout ce mois de juin, portez-vous bien ! En attendant, place aux actualités de votre syndicat.

image

Le sixième e-Café SYNAP de 2021 s’est tenu le 4 juin dernier ; nous avons eu la joie d’y recevoir Ali Laïdi, journaliste chroniqueur spécialisé sur France 24.

Ali Laïdi est Docteur en science politique, co-fondateur de l'Ecole de la pensée sur la guerre économique, chroniqueur à France 24 depuis la création de la chaîne en 2006, où il est responsable du "Journal de l'Intelligence économique".

France 24 est diffusée dans 100 pays (100 millions de téléspectateurs) à travers le monde et en 4 langues : français, anglais, arabe et espagnol. La chaîne est particulièrement regardée en Afrique et dans le monde arabe.

La rédaction est partagée entre les journalistes Desks et les chroniqueurs spécialisés.

image

Dans sa chronique, il traite de sujets très variés sous l’angle économique et travaille surtout avec les maisons d’édition.

Ali Laïdi a répondu bien volontiers à nos questions à savoir qu’il entretient de très bonnes relations avec les attachées de presse. Pour travailler avec lui, il faut anticiper car il programme ses sujets sur 15 jours.

Sur son plateau, il fait intervenir notamment des experts, des universitaires et des chefs d’entreprise. La collaboration avec les attachés de presse est d’autant plus utile qu’il attend des idées de leur part et cherche des gens nouveaux qui ne s’expriment pas dans les médias.

Il consulte ses mails, ne répond pas forcément car il en reçoit beaucoup et répond aux attachés de presse qu’il connaît.

Il répond volontiers au téléphone et apprécie les SMS. En revanche, il ne souhaite pas recevoir de messages vocaux. Il n’utilise pas les réseaux sociaux qu’il n’apprécie pas. Il possède tout de même un compte linkedin pour diffuser ses émissions.

Il précise également que la rédaction internet de France 24 propose ses propres sujets et préconise de les contacter pour pouvoir aussi communiquer via les réseaux sociaux de France 24.

Rendez-vous en juillet pour notre dernier e-café SYNAP d’avant l’été ; le nom de notre invité vous sera communiqué très prochainement.

Comme vous le savez, l’accès aux e-cafés SYNAP reste gratuit pour nos adhérents ; les non-membres se verront demander une - modeste - participation de 5 euros.

image

Présentation online du SYNAP
 

60 ans, mais très fringant ! Le SYNAP reprend son bâton de pèlerin et, s’il ne nous est toujours pas possible d’organiser des rencontres physiques, cela ne nous retiendra pas plus longtemps ! Le 1er juin, c’est donc en visioconférence que votre syndicat s’est présenté à un public de professionnels. Ceux-ci ont pu découvrir les missions du SYNAP, ses actions, son fonctionnement, son équipe, l’agenda des prochains rendez-vous, etc.

Vous avez manqué ce rendez-vous et vous souhaitez en savoir plus sur le SYNAP et ses activités ? N’hésitez pas à nous contacter sur notre mail : communication@synap.org. Et vous pouvez toujours lire - ou relire - le livre rétrospective sur les 60 ans du SYNAP, disponible sur notre site https://www.synap.org/60-ans-du-synap-le-livre-anniversaire.

Bienvenue ...

Saluons trois nouveaux professionnels qui ont rejoint nos rangs au cours des dernières semaines. Nous avons donc le plaisir de souhaiter la bienvenue à :

  • Johanna Calligher (agence You & Only You - Montpellier)
  • Sophie Artone (agence Sophie Artonne Consulting - La Fare les Oliviers)
  • Julien Mansanet (Indépendant, Montpellier)
image
image

Chaque mois, nous posons trois questions à un journaliste sur sa façon de travailler avec les chargés de relations médias. Ce mois-ci, Patrick Brebion, rédacteur en chef adjoint de IT for Business, a accepté de répondre à notre interview.

Bonjour Patrick. Quelles sont les relations que tu entretiens avec les attachés de presse et y a-t-il des spécificités à connaître sur ton secteur ?

De façon générale, j’ai de très bonnes relations avec 3 attachés de presse sur 4. La plupart du temps, on travaille en bonne intelligence et je trouve que ces dernières années, les chargés de relations presse dans mon secteur se sont réellement professionnalisés. Contrairement à il y a une quinzaine d’années, aujourd’hui les attachés de presse avec qui je suis en contact savent de quoi ils parlent. Et c’est parfait comme ça.

 

Y a-t-il des pratiques qui t’agacent ?

Bien évidemment, mais c’est surtout une minorité.

Ce qui m’agace le plus, ce sont ces attachés de presse - en général, des généralistes - qui ne connaissent pas mon secteur et qui se comportent en téléacteurs. Ils t’appellent, tu décroches et là, ils embrayent sur leur produit, leur solution. Et tu as beau leur dire que tu ne t’intéresse pas à ce type d’information, ils continuent d’essayer de te “refourguer” leur sujet. Je suis quelqu’un de poli, mais là, en général, je coupe assez brutalement la conversation et je raccroche. Il faut savoir qu’avant de lever un peu le pied, je passais 4 à 6 heures par jour au téléphone pour des raisons professionnelles. Si à ça, tu rajoutes le traitement des 150 à 200 emails par jour, il ne me reste plus beaucoup de temps pour écrire. Alors quand on me fait perdre mon temps au téléphone, ça m’insupporte au plus haut point.

 

Aurais-tu une anecdote à nous raconter sur ta relation avec des chargés de RP ?

J’ai des milliers d’anecdotes que je pourrais raconter, longévité oblige ;)

Je me rappelle d’un voyage de presse pour un géant de l’informatique. Parmi les activités prévues, il y avait notamment l’essai de types de bateaux spécifiques. L’ambiance était bonne, détendue. Je connaissais l’attachée de presse depuis longtemps et j’ai toujours trouvé qu’elle était excellente dans ce qu’elle faisait. Je descends de ma chambre le matin et la croise au café. Elle avait les mains qui tremblaient, tellement elle avait de pression de la part de sa hiérarchie sur ce voyage de presse… Elle, généralement si calme et posée, je me rappelle m’être dit qu’elle ne faisait pas un métier facile !

 

Un grand merci à Patrick Brebion pour sa participation - et sa compréhension des difficultés liées à notre profession ! Et rendez-vous dans notre prochain numéro pour une nouvelle session de “Trois questions à…”.

Les Pépites du Web et des Réseaux Sociaux

Nos trois nouvelles pépites du web visent à vous faire gagner du temps au quotidien. Réseauter, lire les - trop nombreuses - newsletters auxquelles on est abonné, apprendre une langue étrangère… ces activités peuvent souvent se révéler difficiles à caser dans nos emplois du temps surchargés. Heureusement, il existe des applis qui vous facilitent la tâche. Essayez-les, et dites-nous ce que vous en pensez !

image

Shapr : Travailler son réseau est devenu un impératif de la vie professionnelle. Mais cela peut vite devenir chronophage. Comment faire de nouvelles rencontres, utiles, sans y passer des heures ? Shapr se propose de vous y aider. Ce véritable “Tinder” professionnel vous propose chaque jour 5 à 10 profils de professionnels sélectionnés selon votre localisation, vos centres d’intérêts et vos expériences.

Vous validez l’un de ces profils ? Swipez à droite. S’il y a “match”, vous pourrez prendre contact et vous rencontrer. Au fur et à mesure, l’algorithme de l’application apprend de vos réponses et ses suggestions deviennent chaque jour de plus en plus pertinentes. Petit plus: vous pouvez fixer un objectif particulier - vous faire des amis (pros), recruter de nouveaux collaborateurs, trouver un mentor… - le tout en à peine une minute par jour.

http://www.shapr.co/

image

Elocance : Vous croulez sous les tonnes de mails, de newsletters, de contenus numériques en tout genre, que vous n’avez pas le temps de lire ? Et si on vous proposait une application qui transforme tous ces contenus écrits en podcasts que vous pouvez écouter quand vous voulez, en voiture, en trottinette électrique, dans le métro… ? C’est exactement ce que propose Elocance !

L’application transforme n’importe quel contenu (articles de veille ou d’actu, documents, emails, newsletters…) en fichiers audio. Avec Elocance, vous pouvez sauvegarder, classer et écouter vos contenus quand vous le souhaitez : votre téléphone vous fait la lecture !

Et bien évidemment, la sécurité n’est pas prise à la légère : vos informations et vos contenus sont cryptés et ne quittent pas les serveurs d’Elocance basés en Europe.

https://www.elocance.com/fr/

Duolingo: Vous aimeriez apprendre ou réviser une langue étrangère, mais votre emploi du temps ne vous permet pas de suivre des cours traditionnels ? Essayez Duolingo, une appli ludique, qui vous permet de fixer vos propres objectifs en fonction du temps que vous pouvez y passer. Mais attention, on se prend vite au jeu !

image

Idéal pour se remettre à l’Anglais, l’Espagnol, l’Allemand, l’Italien et bien d’autres. Vous pourrez même y apprendre l’Espéranto ou le Klingon (les fans de Star Trek apprécieront) ! Entièrement gratuite, Duolingo permet de progresser rapidement sans frais. Une version payante existe, qui permet de s’affranchir des - nombreuses - publicités. A découvrir sur le site https://fr.duolingo.com

image

Le coin lecture

Les responsables de presse sont souvent débordés. Entre les mails, les téléphones, les stratégies, les plans média, etc., ils ont rarement le temps de réfléchir sur leur métier. Or seule la réflexion peut vous permettre de faire évoluer votre métier. Et pour cela quoi de mieux qu'un livre ?

Le SYNAP propose de vous présenter un livre par mois qui tourne autour des thématiques de la communication au sens le plus large. Nouveautés, classiques, incontournables retrouvez ici tout ce qui peut vous intéresser, que vous soyez débutant ou confirmé.

Pour cette première, Laurent Payet nous fait découvrir « La société d’exposition» de Bernard E. Harcourt, paru aux éditions du Seuil et disponible au prix public de 23 €.

Professeur de philosophie politique et de droit à Columbia University, Bernard E. Harcourt s'intéresse à la société numérique contemporaine et au concept de transparence virtuelle, dont il va nous proposer une analyse à la fois tout en finesse et plutôt novatrice.
Il faut bien l'admettre, les données personnelles que nous laissons sur les sites ou les réseaux sociaux sont facilement accessibles aux GAFAM, mais ce qui est beaucoup plus inquiétant est qu’elles sont aussi très facilement accessibles aux agences privées type NSA ou FBI. Nos vies deviennent transparentes. Les géants d'internet possèdent des milliards de données sur nos activités, nos goûts, nos amours, etc.

image

Et ces données sont croisées par les agences de renseignements avec les communications qu'elles enregistrent chaque jour.

Sans tomber dans la paranoïa, ce livre a déjà le pouvoir de nous rappeler de quelle manière et par qui nous sommes suivis, et comment nos données deviennent exploitables, aussi bien à des desseins marchands que politiques.

Or le paradoxe de notre époque est dû au fait que nous laissons volontairement toutes nos données. Nous sommes dans un désir d'exposition de notre intimité. Ce désir étant valorisé par le regard des autres. Notre moi est dédoublé, nous passons d'un moi physique à un moi virtuel. Notre vie privée se transforme en propriété privée. Pourquoi continuons-nous, malgré notre connaissance de l'instrumentalisation de ces données, à offrir tout cela ?

Ce livre très puissant explique comment les nouvelles technologies et surtout les propriétaires de ces nouvelles technologies jouent sur nos désirs d'accéder en permanence à tout, tout le temps, quitte à renoncer à notre liberté. Paradoxe ultime puisque nous fournissons nous-mêmes de notre propre gré toutes ces données et créons les instruments de nos propres servitudes.

Grand lecteur de Michel Foucault, Harcourt part de son analyse de la surveillance et du pouvoir panoptique incarné par l'architecture des prisons pour arriver au concept de servitude volontaire à la surveillance numérique. Ses lectures stimulantes de Michel Foucault, Karl Marx, Gilles Deleuze, Jean Paul Sartre, nous mènent vers une réflexion intense autour de ce concept de servitude volontaire.

Une résistance est-elle possible ? Ce philosophe nous invite à la fin du livre à essayer de trouver de nouvelles formes de résistance.

Et cette interrogation fait jour : la montre Apple (ou autre) ne serait-elle pas l'équivalent du bracelet électronique ? Une image forte qui peut nous amener à réfléchir sur les rapports entretenus entre notre avatar virtuel et notre corps réel.

NDLR : Bernard E Harcourt est aussi l'auteur d'un autre livre très intéressant traduit en français : “L'illusion de l'ordre”, paru chez Descartes & Cie.

 

Très beau mois de juin, convivial et joyeux, à tous !

L’équipe du SYNAP

Vous recevez cet email en raison de votre inscription à la liste de diffusion de SYNAP -Syndicat National des Attachés de Presse & Conseillers RP.
Copyright © 2021 SYNAP -Syndicat National des Attachés de Presse & Conseillers RP
26 rue du Capitaine Ferber, 75020 Paris, France